23 novembre 2020

 

Il y a dans le sud du Chili une région qui fait moins parler d’elle que la Patagonie Australe, le désert d’Atacama ou l’île de Pâques. Il s’agit de la région des Fleuves, dont Valdivia est la ville principale. En réalité, cette région est toute jeune, puisque jusqu’en 2007 elle faisait partie de la Région des Lacs. Pourtant, si le climat y est semblable, les paysages sont sensiblement différents. Dans la région des Lacs, plus au sud, on trouve d’innombrables lacs, avec en général un ou deux volcans en fond. La région des Fleuves est également très riche en eau, mais c’est par sa végétation et sa concentration d’espèces d’arbres endémiques qu’elle se démarque. Ces forêts sont si caractéristiques qu’on les appelle « selva valdiviana » (forêts valdiviennes). On vous emmène dans cette contrée toute en nuances de verts.

On arrive à Valdivia par les airs, à l’aéroport de Pichoy, situé à moins de deux heures de vol de Santiago. La capitale de la Région des Fleuves se trouve à trente minutes de route environ, et déjà ce trajet donne un joli aperçu des richesses naturelles de cette zone. Valdivia a été fondée au point de confluence de plusieurs fleuves : le río Valdivia, le río Calle-Calle, le río Cau-Cau et le río Cruces. Il paraît même qu’un autre fleuve souterrain traverse la ville. Et effectivement, en y arrivant, on se rend compte comme le fleuve est présent et rythme la vie des valdiviens. D’ailleurs, si on leur demande ce qui représente le mieux leur ville selon eux, ils répondent le plus souvent : le fleuve et l’eau, les arbres, …et la bière !

En effet, l’eau de la région est réputée pour avoir des qualités recherchées par les brasseurs. Si bien qu’à Valdivia, de nombreuses brasseries artisanales ont vu le jour ces dernières années ! Mais la plus emblématique reste la Kunstmann, une bière commercialisée dans tout le pays. Cette brasserie située en périphérie de la ville, est ouverte aux visiteurs. C’est un incontournable pour quiconque visite Valdivia, étrangers comme Chiliens de passage s’y rendent bien volontiers.

Mais revenons au centre de la ville de Valdivia. Au bord du fleuve, on visite la typique feria fluviale : le marché, où l’on trouve poissons et fruits de mer, mais aussi fruits, légumes, et produits de la région comme le fromage et le miel. Se promener entre les étals du marché est la meilleure façon de découvrir la variété des produits locaux, mais aussi les habitants de la ville ! Toutefois, la vraie attraction se trouve à côté du marché, sur les bords du fleuve : une colonie de lions de mer a élu domicile à Valdivia. Bien au fait des horaires du marché local, ces animaux imposants s’installent derrière les étals des poissonniers, qui leur jettent les découpes de poisson. Ce spectacle amuse autant les adultes que les enfants. À Valdivia, le lion de mer est considéré comme un autre symbole de la ville. Généralement, on le trouve allongé avec ses congénères sur des pontons qui flottent sur le fleuve. Mais il arrive aussi parfois qu’il déambule dans les rues !

La ville même de Valdivia présente un intérêt relatif. La plupart des bâtiments historiques ont été détruits par le séisme de 1960 (le plus important jamais enregistré : 9,5 de magnitude), puis remplacés par des constructions plus récentes. On peut tout de même se promener sur les places Pedro de Valdivia et de la République, longer les quais pour observer le pendule moderne qui s’y trouve, et visiter le musée naval O’Brien qui se trouve dans un sous-marin. Le marché municipal et le marché artisanal sont aussi des visites amusantes et pittoresques.


Sur l’île Teja, qui est délimitée par les fleuves Cruces, Cau-cau et Calle-Calle, se trouvent quelques jolis parcs et centres culturels. Par exemple, on peut visiter le Jardin Botanique, juste à côté de l’Université Australe du Chili, ou bien le parc Santa Inès et son humedal (marécage). Plus loin sur l’île se trouve l’Arboretum, qui jouxte le parc Saval. Ces espaces de nature vous donneront déjà une idée de l’incroyable richesse de la région en termes d’essences. On y trouve le canelo, l’arrayán, le lingue, le coigüe, le maitén, mais aussi les grands olivillos, alerces et araucarias.

Il est possible d’embarquer pour une découverte des fleuves et des îles qui environnent Valdivia. Cette excursion nautique vous emmène au village de Corral, situé sur la côte opposée de l’estuaire du fleuve Valdivia, quasiment à son embouchure, et sur l’île Mancera, qui se trouve entre les deux rives. À ces deux points stratégiques, ainsi qu’au village de Niebla, situé sur la rive nord, les Espagnols ont construit des forts pour assurer la défense de la baie de Corral en cas d’attaque. Ces endroits offrent aussi une belle vue sur la baie.

Niebla est accessible par la route depuis Valvidia, à une vingtaine de minutes de là. Le dimanche, les valdiviens se rendent à sa feria costumbrista (foire traditionnelle), où l’on trouve toutes sortes de plats traditionnels à déguster sur le pouce dans un endroit convivial où ont lieu des représentations de danse et de musique typiques du Chili. Sa plage de sable est, quant à elle, l’endroit idéal pour regarder le soleil se coucher.


On peut aussi reprendre la route après le déjeuner et longer la côte en direction du nord. On passe alors plusieurs villages côtiers comme Los Molinos et Los Pellines, avant d’arriver à Curiñanco. Cet endroit abrite l’Aire Côtière Protégée de Punta Curiñanco. Il s’agit d’une réserve arborée qui offre par endroits une vue spectaculaire sur la côte escarpée et le Pacifique. Outre la vue, son principal intérêt est la diversité de ses arbres et de sa flore, avec la présence du copihué, la fleur nationale du Chili. On y trouve notamment une magnifique forêt d’olivillos. Ces arbres imposants aux petites feuilles ovales, forment comme une haute voûte qui donne à la forêt des airs de cathédrale naturelle.


Mais la région des Fleuves recèle d’autres écrins naturels dont les arbres endémiques sont les joyaux. Par exemple, le Parc National de l’Alerce Costero, une forêt native de cyprès de Patagonie dans laquelle on peut contempler l’alerce milenario, un spécimen unique, vieux de 3 500 ans, considéré comme l’arbre le plus ancien du Chili.

Si l’on prend la route intérieure depuis Valdivia pour aller vers le nord, on trouvera la petite ville de San José de la Mariquina. Et si, depuis cet endroit, on se dirige à nouveau vers le littoral, de belles surprises nous attendent. La route longe la rivière Lingue, dont la petite vallée offre des panoramas beaux et variés, avec des marécages, des forêts, des prés où paissent des vaches. Il est d’ailleurs possible de descendre cette rivière en kayak, activité testée et approuvée par l’auteure de ce récit. À l’embouchure, on arrive au village côtier de Mehuín. Ici, nous sommes à la limite nord de la Région des Fleuves, et à quelques kilomètres seulement de l’Araucanie, région ancestrale de la communauté Mapuche. Mais la culture mapuche s’étend au-delà de ces frontières administratives, et elle est bien présente dans la Région des Fleuves. On la retrouve notamment dans les noms des localités : Mehuín, Nahuel, Pichicuyin… Mehuín est un petit village tranquille, qui attire les vacanciers en été, notamment les surfeurs qui viennent profiter de sa large plage. Parfois, depuis le rivage, on voit passer les toninas (dauphins chiliens). C’est là que débouche la rivière Lingue.

À l’extrémité sud de la plage, de l’autre côté du pont qui traverse la rivière, se trouve le village de pêcheurs de Mississippi. On peut se demander pourquoi ce nom… En réalité, il a été donné en hommage à l’état américain du Mississippi, qui a envoyé de l’aide humanitaire dans la région après le terrible séisme de 1960 et le tsunami qui a suivi. On peut s’arrêter à Mississippi pour déguster des empanadas de sierra, le meilleur poisson de la région.


Si l’on continue de longer le littoral en direction du sud, on arrive dans une zone avec beaucoup de relief, et qui offre des vues uniques sur l’océan. C’est la pointe de Maiquillahue, qui fait face à l’île du même nom. Celle-ci est un sanctuaire pour une colonie de manchots de Humboldt, une autre de manchots de Magellan, quelques lions de mer, et plusieurs espèces d’oiseaux marins. Nous avons eu la chance de découvrir cet endroit confidentiel au crépuscule.

Ces endroits ne sont que quelques exemples de ce que l’on peut découvrir si l’on s’aventure dans les environs de Valdivia, dans la région des Fleuves. Il s’agit d’une contrée très riche en flore mais aussi en faune, notamment aviaire et marine. C’est surtout une région encore peu connue, qui sort des sentiers traditionnels et des parcours classiques des voyageurs.

 

Anaïs Moreno Chabbert

Carnet pratique

Comment s’y rendre ?
En avion : 1 heure 30 de vol depuis Santiago.
En voiture depuis Pucón : 155 km et 2 heures 15 de route.
En voiture depuis Puerto Varas : 195 km et 2 heures 45 par la Route Panaméricaine, ou 245 km et 3 heures 20 par la route des lacs.
Un circuit dans la région des Lacs et Volcans ? Voyage dans la région des lacs et des volcans

 

Diaporama

 

Découvrez tous nos articles

error: Content is protected !!