21 août 2020

 

Le Volcan Nevados de Sollipulli est situé dans la région de l’Araucanie, au cœur de la réserve nationale Villarrica. En langue Mapuche, Sollipulli se traduit par « l’Esprit de la femme ». L’objectif de cette journée ? Atteindre le col Nord du cratère.Élevé à plus de 2270 mètres d’altitude, le panorama est tout simplement à couper le souffle.  À travers la diversité des paysages parcourus, l’ascension de ce volcan vous réserve plus d’une surprise.

Avant le lever du soleil, nous retrouvons ce matin-là notre guide Carlos accompagné de son stagiaire et ami, Bastian. Ensemble, nous quittons le parc national Conguillío pour la journée et prenons la route sous un ciel étoilé parfaitement dégagé. Avant de rejoindre la réserve nationale de Villarrica et de commencer l’ascension prévue, nous profitons du clair de lune pour observer en chemin le volcan Llaima. Depuis le champ noir de lave provenant de sa dernière éruption en 2008, le contraste avec son sommet enneigé est saisissant. Considéré comme l’un des volcans les plus actifs du Chili, le Llaima se dresse face à nous ce jour-ci très paisiblement. Après quelques explications et anecdotes à son sujet, nous devons nous remettre en route si nous souhaitons arriver en haut du cratère avant midi. Après une courte pause en haut d’un mirador improvisé dominant la vallée éclairée par les premiers rayons du soleil, nous arrivons enfin à la réserve. Nous engloutissons rapidement un encas concocté par nos guides et commençons  l’ascension vers le volcan Sollipulli.

Le sentier débute par la fraîche traversée d’une forêt native et dense. Encadrés par nos deux guides et munis de bâtons de marche, nous progressons pas à pas à travers une importante cohabitation de plusieurs arbres endémiques. Parmi eux, se trouvent les coihues, les araucarias, les ñirres et les lengas. Après la montée d’un escalier escarpé, un premier arrêt est amplement mérité. Perchés sur un promontoire en bois, nous dominons la cime des arbres. Quelques gorgées d’eau et une poignée de fruits secs plus tard, nous poursuivons jusqu’à apercevoir au bout de ce couloir végétal, le cône rouge du volcan.

Une immense langue de cendre et de roches volcaniques se déroule du pied de Sollipulli et s’étend sur tout le long de la forêt que nous venons de traverser. Nous voilà pris par surprise face à ces paysages contrastés. Nous passons en effet d’un paysage dense, frais et vert à un paysage ouvert, chaud et gris. Avant d’entamer cette nouvelle montée qui nous attend, nous prenons le temps de contempler ce qui nous entoure. Nous sommes seuls et le soleil frappe de plus en plus fort. Nous poursuivons alors notre route en tâchant de deviner un sentier plus ou moins dessiné entre les roches volcaniques, le tout, en essayant de ne pas glisser.

Peu à peu, les roches volcaniques laissent uniquement place à la cendre. La végétation a totalement disparu avec la présence des derniers araucarias à environ 1700 mètres d’altitude. Nous progressons désormais sur le flanc gauche du cône rouge du volcan. Il s’agit de notre dernière étape avant d’atteindre l’un des cols du cratère. Le sentier est bien marqué et l’ascension se ponctue de vues imprenables sur des paysages aussi beaux que variés. Derrière nous, il est possible d’apercevoir plusieurs volcans aux sommets enneigés contrastant joliment avec les verts intenses de la forêt. Face à nous, un paysage désertique aux cendres volcaniques s’anime avec le cône rouge vif de Sollipulli. Nous marchons au gré du vent et à notre rythme.

Notre prochaine étape ? Atteindre le point le plus élevé de la face nord du volcan.

Du haut de ses 2271 mètres d’altitude, le panorama est spectaculaire. Nous arrivons au sommet avant midi comme nous le souhaitions. La lumière est resplendissante et nous nous retrouvons seuls un long moment face à l’immensité du lieu. Sous ce ciel dégagé, le volcan Sollipulli nous présente son cratère glacé aux dimensions impressionnantes : il s’étend de 4 sur 6 kilomètres et sa glace atteint 700 mètres d’épaisseur. Face à cette vue exceptionnelle, c’est à l’unanimité que nous décidons de rester le temps du déjeuner.

Après avoir repris nos forces et pleinement profité de ce rare panorama, nous sommes loin de nous douter que cette randonnée nous réserve d’autres surprises. Conquis par ce paysage de glace, il est maintenant l’heure de s’en amuser. Sur les fesses, nous descendons un à un à toute allure sur l’un des flancs enneigés du volcan ! En arrière-plan et comme destinée : un lac gelé aux teintes bleutées nous attend. Pour les plus courageux qui osent y plonger, la baignade semble être vivifiante !

Un second lac se dévoile à quelques mètres de celui-ci, mais cette fois-ci nous nous limitons simplement à le contempler tout en dégustant quelques « Chaura », de petites baies blanches au goût de fraise que nous venons de cueillir. Suite à cette note sucrée, il est déjà l’heure de rentrer. Sur le chemin du retour, le vent n’a visiblement pas tout balayé sur son passage : à travers les cendres volcaniques se cachent les imposantes traces fraîches de pattes de puma ! Nous ne l’apercevrons pas ce jour-là, mais l’émotion est tout de même belle et bien présente à l’idée que le félin ne soit pas si loin.

Accessible tout au long de l’année à tous les amoureux de la randonnée, vous ne rencontrerez que peu de personne en chemin. Peu connue, l’ascension du volcan Nevados de Sollipulli est pourtant une belle promesse de dépaysement.

 

Claire Gaudouin

 

Carnet pratique

Quelques conseils pour l’excursion : pensez à emporter de la crème solaire, des lunettes de soleil et beaucoup d’eau. Les bâtons de marche peuvent également être une bonne option.
Durée et distances : compter 3h30 pour la montée et 2h pour la descente. Excursion selon le rythme de chacun. 9,9 km, puis retour. Deux sentiers sont possibles.
Dénivelé : départ de la marche à 1150 m. Arrivée à 2271 m. Dénivelé + 1121 m, – 84 m (± 1205 m)
Note : il est également possible de faire une randonnée sur la glace du cratère. Compter 2 jours / 1 nuit.
Comment y aller ? Vol Santiago > Temuco 1heure et 30 minutes de vol. Depuis le parc national Conguillío, comptez 46 km jusqu’à l’entrée de la réserve nationale Villarrica. Par le sud, au départ de Pucón mais la marche d’approche est nettement plus longue.
Un circuit ? Volcans de Patagonie

Diaporama

Découvrez tous nos articles

error: Content is protected !!