1er septembre 2021

Les hauts plateaux andins surprennent par leurs nombreux lieux insolites. À travers sa superficie de 3 000 m², le Salar d’Atacama est le plus grand désert de sel du Chili, possédant plusieurs lagunes. La lagune Chaxa en fait partie, c’est un lieu de visite phare de la réserve nationale Los Flamencos. En effet, il s’agit du meilleur poste d’observation des flamants dans le nord du pays, accompagnés de diverses espèces comme l’échasse à queue noire ou le renard de Magellan. Dès l’aube comme au coucher du soleil, la palette de couleurs qui compose le lieu est impressionnante, faisant penser à une autre planète. Nous vous emmenons en terres cosmiques à la rencontre de ses plus élégantes créatures.

Quelques jours avant notre départ pour le désert d’Atacama, nous pensons aux excursions auxquelles nous portons le plus d’intérêt. La fascinante lagune Chaxa en fait bien sûr partie. Nous n’avons pas d’attente particulière si ce n’est de pouvoir contempler les couleurs et la grandeur de l’endroit. De toute évidence, observer à l’état naturel toutes sortes de flamants attise notre curiosité. Nous arrivons donc sur San Pedro de Atacama en quête d’espaces hors du commun.

Partis dès l’aube, notre chauffeur-guide nous embarque pour un trajet d’une heure environ. Le chemin cahoteux nous annonce l’aventure qui nous attend. Les paysages orangés défilent, nous sommes impatients à l’idée de pénétrer dans le Salar. La route se fait plus lisse et blanche, nous arrivons à destination et descendons. Face à l’immensité du désert et du silence qui y règne, nous restons pantois.

Rodées par les volcans Licáncabur, Lascár et Juriques, ces grandes étendues de sel proviennent de l’évaporation de la nappe phréatique issue de ces derniers. Contrairement au célèbre Salar d’Uyuni, le sel apparaît ici sous forme de croûte. Nous nous promenons à travers les différents chemins pour voir de plus près ces cristaux salés, virant du gris grège au blanc neige.

Nous nous approchons de la lagune, entre zones marécageuses et sèches, et grimaçons légèrement. Une odeur très forte émane de l’eau. Cette ‘‘fragrance’’ provient de l’écosystème et des algues qui y prolifèrent, première source d’alimentation pour la faune qui y séjourne.

En ces lieux, peu d’animaux vivent, mais ceux qui ont su s’adapter s’y plaisent grandement. Nous distinguons une bécasse à queue noire, concentrée à chasser sa nourriture. Seuls les chanceux peuvent apercevoir au loin le discret renard de Magellan ou le tuco-tuco grattant entre les roches de sel. Souriant, notre guide s’approche et nous fait signe de le suivre : il a repéré des flamants un peu plus loin !

Il nous explique que trois espèces coexistent au sein de cette lagune : le flamant de James, le flamant du Chili et le flamant des Andes. Le premier est le plus petit, mesurant aux alentours de 90 cm. D’apparence délicate, son corps rose est parsemé de reflets rougeâtres. Son bec noir et jaune a une partie démunie de plumes. Le second se distingue par ses pattes bleutées, teintées de rouge au niveau des genoux. Quant au flamant des Andes, il se dénote par ses grandes pattes jaunâtres, et par son bec jaune et noir proéminant, taché de rouge. Comme son nom l’indique, il se trouve uniquement en altitude.

Ayant pris connaissance de ces caractéristiques, nous avons face à nous de magnifiques flamants des Andes. Certains s’étirent, d’autres cherchent leur nourriture, et divers préfèrent cacher leurs têtes sous leurs ailes pour se reposer. Nous sommes émerveillés et heureux d’avoir un panorama si exceptionnel. Plus loin, nous remarquons plusieurs flamants chiliens se régaler d’algues. La lumière et la teinte de l’eau sont telles que s’y reflète parfaitement le flamant, se regardant dans un miroir. Suspendus dans le temps, nous pouvons les observer durant des heures.

Nous revenons trois jours plus tard pour cette fois-ci, voir le coucher du soleil. Nous avons la chance d’admirer des flamants de James et du Chili se gargariser d’invertébrés, pour ensuite s’envoler avant que la nuit tombe. Place à l’apéritif pour profiter des couleurs qui sont une fois de plus épatantes. Accentués avec le reflet rose puis orange des deux volcans, nous avons l’impression que ces deux géants semblent se transformer en flamants.


Nous sommes subjugués par l’expérience que nous venons de vivre et comptons revenir une prochaine fois. Observer des flamants dans un décor aussi atypique est un dépaysement total pour nos yeux et notre cœur.

 

Marilys T.

Carnet pratique

Comment y aller ? Depuis San Pedro de Atacama, compter 63 km, par la route 23. Depuis Toconao, 22 km de piste jusqu’à Chaxa.

Conseils pour l’excursion : porter un coupe-vent, crème solaire et lunettes de soleil.

Un circuit ? Séjour à San Pedro de Atacama.

 

Diaporama

Découvrez tous nos articles

error: Contenu est protégé.