Les plantes à fleurs

Lupin, Lys des Incas, Violette jaune… Description de quelques espèces du Chili.

 

Copihue, Lapageriarosea, Phileciaceae

Copihue, fleur nationale du Chili
Fleur nationale du Chili, le copihue est plutôt rare à rencontrer. Cette plante à fleurs habite les forêts du centre et du sud du pays, entre les villes de Valparaiso et d’Osorno. Elle apprécie particulièrement les zones humides et lorsqu’elle s’accroche aux arbres, elle peut atteindre jusqu’à 10 mètres de hauteur. Résistantes, les fleurs sont ovales, simples et lisses aux teintes variables du blanc au rouge ou bien rose. « Le copihue rouge est la fleur du sang, le copihue blanc est la fleur de la neige ». Selon une légende mapuche, la fleur de sang viendrait des larmes versées par les soldats survivants pleurant leurs défunts camarades, larmes qui se transformèrent en fleurs de sang. La floraison apparaît dès la fin de l’été et dure jusqu’en automne, mais plus généralement entre mars et mai. Comestible, son fruit est doux en bouche et il se compose de plusieurs petites graines.

Voir nos photos

 

Coicopihue ou Copihue chilotePhilesia magellanicaphilesiaceae 

Coicopihue
Philesia est un genre de plantes à fleurs originaires d’Amérique du Sud dont le Coicopihue, endémique du Chili, appartient. Cette plante croît naturellement au sein de la région des fleuves et de Magallanes. De forme arbustive, elle est très associée aux forêts humides d’Alerce. Dans la région des Lacs, elle est facilement observable au parc national Alerce Andino. Particulièrement ramifiée, elle se dote de nombreuses feuilles de courtes tailles. Ses fleurs sonpendantes et de couleur rose, mais il est possible d’observer quelques variations de teintes. Chacune d’entre elles se compose de 6 tépales, pièce de l’enveloppe florale, formés par cycle de 3. Son fruit se présente sous la forme d’une baie jaunâtre elliptique et globuleuse d’un peu plus d’un centimètre de long. Comestible, il se consomme frais. Bien qu’appartenant à la même famille, attention à ne pas confondre le Coicopihue avec le Copihue, fleur nationale chilienne .

 

Huilli, Cebollin, Leucocoryne coronata, Amaryllidaceae

Huilli
Le genre compte un total de douze espèces toutes endémiques du Chili. On retrouve le Huilli dans la région d’Atacama, il s’agit de la première espèce à fleurir juste après les pluies, notamment pendant l’avènement du « Désert Fleuri » Son habitat est compris entre le niveau de la mer et 2000 mètres d’altitude. Sa fleur ressemble à celle de l’ail ou de l’oignon, d’où son nom en espagnol « Cebollin » (oignon de printemps). En forme d’étoile blanche à six branches, la fleur est dotée d’un cœur jaune et elle surmonte une longue tige d’une soixantaine de centimètres.

 

Amancay, Amancay del desierto, Alstromeria patagonica, Alstroemeriaceae

Lys des Incas ou Amancay del desierto © Pascale Pengam
L’Amancay est l’espèce la plus australe du genre Alstroemeria. On la retrouve de la région d’Aysén à la région de Magallanes et de la Terre de Feu. Sa hauteur peut atteindre jusqu’à 1,50 mètres. Ses feuilles sont fines et ses fleurs sont solitaires. Ressemblantes à un petit lys, elles s’éparpillent le long des routes en nappes d’un jaune orangé intense. Sa floraison s’étend entre décembre et janvier, et c’est en février qu’apparaissent ses premiers fruits.

 

Lys des Incas, Lirio de los Incas, Alstroemeria aurantiaca, Alstroemeriaceae

Lys des Incas
La fleur de ce beau lys orangé d’une cinquantaine de centimètres de hauteur est composée de trois tépales extérieurs et de trois pétales plus petits, tigrés de pourpre. On le trouve en Patagonie.

 

Alstroemeria magnifica tofoensis, Alstroemeriaceae

Alstroemeria magnifica © Pascale Pengam
Magnifique lys rose et pourpre, aux deux pétales centraux tigrés de jaune, qui peut atteindre 80 cm de hauteur, et que l’on rencontre aussi bien dans la zone côtière qu’en moyenne montagne.

 

La griffe du Lion, Garra de León, Leontochir ovallei, Alstromeriaceae

Garra de León © Ercio Mettifogo
Surnommée le « joyau du désert fleuri », cette plante rampante regroupe ses fleurs en bouquets couleur rouge sang, parfois jaune. Sa floraison est plutôt tardive et elle est difficile à rencontrer. Emblème du parc Llanos de Challe, on ne peut l’observer que les années à forte pluviométrie, lorsque sévit El Niño, soit dans un intervalle de cinq à sept ans. Endémique de zone littorale de la région d’Atacama, broutée par les chèvres et les guanacos, recherchée par les botanistes, et abondamment cueillie pour la Toussaint elle est de nos jours considérée comme une espèce menacée.

Voir nos photos

 

Añañuca, Añañuca, Rhodophiala advena, Amaryllidaceae

Huilli © Ercio Mettifogo
L’Añañuca se rencontre généralement de manière isolée parmi les autres espèces. Composées de six pétales, ses fleurs peuvent être de couleur jaune, orangé, rose foncé ou bien encore bordeaux. Regroupées par trois ou quatre en haut d’une longue tige raide, elles éclosent à la toute fin du printemps. Traditionnellement, l’Añañuca est connue comme « la fleur des cimetières », d’où sa récolte massive.

Voir nos photos

 

Azorelle compacte, Llareta, Azorella compacta, Apiaceae

Azorelle compacte © Pascale Pengam
Cette plante couvre-sol étonnante pousse entre 3200 m et 5000 m d’altitude sur l’altiplano chilien, l’altiplano bolivien et l’altiplano argentin. Sa durée de vie est aussi longue – jusqu’à trois mille ans – que sa croissance est lente – un à deux millimètres chaque année ! Elle est extrêmement compacte pour garder la chaleur du jour et forme un tapis dense d’un beau vert acidulé qui peut recouvrir une trentaine de mètres carrés pour les plus vieux spécimens. Tapissante, elle est composée de nombreuses feuilles résineuses et parfumées mesurant environ 2,5 centimètres. Ses fleurs à cinq pétales sont de couleur jaune et peuvent mesurer quant à elles jusqu’à 4 centimètres. Son fruit, jaune ou bien parfois rouge, est plus petit et plutôt sec. La Llareta est utilisée en médecine traditionnelle et comme combustible. Néanmoins, l’espèce est aujourd’hui protégée.

Voir nos photos

 

Oreilles de renard, Oreja de zorro, Aristolochia chilensis, Aristolochiaceae

Oreilles de renard
Endémique du Chili, elle est l’une des espèces phares lors du phénomène du désert fleurit à Atacama. Par sa forme, la feuille de couleur vert profond aide à capturer l’eau de la rosée du matin. Sa fleur dans les tons bruns-violines se présente sous la forme d’une corne d’abondance. Insectivore, elle est pourvue de nombreux poils qui empêchent l’insecte de ressortir. Elle fait partie des plantes dites toxiques.

Voir nos photos

 

Erigeron myosotis, Asteraceae

Erigeron myosotis © Pascale Pengam
Le genre Erigeron compte plus de 200 espèces. On peut rencontrer dans le sud du Chili cette fleur au gros cœur jaune et aux longues pétales blanches, et ce jusqu’à près de 500 mètres d’altitude. Robuste, elle peut atteindre jusqu’à 30 centimètres de hauteur.

 

Chrysanthème sauvage, Crisantemo silvestre, Glebionis coronaria, Asteraceae

Crisantemo silvestre © Pascale Pengam
Ce chrysanthème, blanc à cœur jaune ou entièrement jaune, fait partie des plantes invasives de la zone côtière du Chili. À Valparaíso, il colonise les cerros les uns après les autres, pour le plaisir des yeux. Les feuilles entrent dans la composition de certains plats asiatiques.

 

Scorsonère d’Espagne, Scorzonera hispanica, Hypochaeris tenuifolia, Asteraceae

Escorzonera © Ercio Mettifogo
On peut croiser cette petite plante d’une quinzaine de centimètres de hauteur, à la floraison jaune d’or, aux alentours de 3000 m d’altitude, dans la région de Coquimbo et la région de Los Lagos.

 

Camomille blanche, Manzanilla blanca, Perityle emoryi, Asteraceae

Perityle emoryi © Ercio Mettifogo
Native du Chili, la manzanilla s’apparente à une petite marguerite quelque peu collante. Du haut d’une vingtaine de centimètres, les fleurs présentent un gros cœur jaune et une odeur désagréable. Chacune de ses fleurs compte entre 7 et 14 pétales. Son habitat se concentre dans les vallées intérieures du Chili, à basse altitude. Néanmoins sur la Cordillère de la côte, on peut la retrouver entre 500 et 2000 mètres d’altitude. Elle apprécie particulièrement l’exposition en plein soleil et bien qu’elle résiste aux fortes sécheresses, il lui est au contraire difficile de survivre à des températures allant au-delà des -5 degrés. La manzanilla est connue pour ses propriétés médicinales traitant la digestion.

 

Séneçon de Magellan, Senecio magellanicus, Asteraceae

Séneçon © Pascale Pengam
Très belle plante au feuillage argenté. Sur les 1500 espèces que compte le genre, environ 110 sont endémiques du Chili.

 

Senecio myriophyllus, Asteraceae

Senecio myriophyllu
Grosse marguerite jaune poussant sur la côte, en touffes pouvant atteindre 60 cm de hauteur.

 

Senecio trifurcatus, Asteraceae

Senecio trifurcatus
On rencontre cette marguerite à cœur jaune et à pétales blancs à la limite des arbres, dans les zones humides du sud du Chili.

 

Flor de Jote, Flor del Jote o Terciopelo, Argylia radiata, Bignoniaceae

Flor del Jote © Ercio Mettifogo
Endémique du Chili, on retrouve la flor de Jote entre les régions d’Arica et de Parinacota. Sa tige, droite et raide, s’élève de 10 à 30 centimètres de hauteur. En son sommet explose une dizaine de clochettes allant du jaune pâle bordé de rose tendre au jaune soutenu, en passant par le rouge sang ou encore l’orangé. Finement dentelées, ses feuilles gris-vert comptent 7 folioles. Sa racine, de la taille d’une carotte, emmagasine assez d’humidité pour lui permettre de survivre à de longues périodes de sécheresse.

Voir nos photos

 

Argylia uspallatensis, Bignoniaceae

Argylia Uspallatensis © Pascale Pengam
Ces fleurs s’éparpillent sur le sol de la cordillère des Andes jusqu’à l’extrême nord du désert, formant un joli tapis de feuilles vert foncé, crénelées, en grappes, et de fleurs d’un beau jaune orangé. Elle est plus commune en Argentine.

 

Palo negro, Palo negro, Heliotropium floridum, Boraginaceae

Palo negro © Ercio Mettifogo
Pousse en touffes denses jusqu’à 700 m d’altitude dans une zone comprise entre Huasco et Caldera. Fleurs en corolle, aux cinq pétales soudés. Blanches lorsqu’elles sont en boutons, puis jaune d’or bordé de blanc lorsque le cœur s’est ouvert.

 

Clavelillo, Clavelillo, Schizopetalon rupestre, Brassicaceae

Clavelillo © Ercio Mettifogo
Plante côtière d’une trentaine de centimètres de hauteur, aux fleurs très spectaculaires à quatre pétales de dentelle blanche, et aux feuilles étroites, en forme de rateau.

 

Chou-fleur de Patagonie, Coliflor del Monte, Nastanthus patagonicus, Calyceraceae

Coliflor del Monte © Pascale Pengam
D’une rosette de feuilles dentelées émerge une longue tige rigide surmontée d’une boule hérissée, ressemblant vaguement à un petit chou-fleur. D’où son nom, « chou-fleur de montagne ».

 

Pata de perdiz, Hoffmannseggia trifoliata, Fabaceae

Pata de perdiz © Pascale Pengam
On la rencontre de l’Amérique du Sud à l’Amérique du Nord, mais aussi en Afrique. Son nom lui a été donné en l’honneur d’un botaniste allemand, le comte Johann Centurius von Hoffmannsegg (1766-1849).

 

Lathyrus patagonicus, Fabaceae

Lathyrus patagonicus © Pascale Pengam
Annuelle, grimpante, de la famille des pois. Le genre Lathyrus compte environ 160 espèces dont 24 rien qu’en Amérique du Sud.

 

Lupin jaune, Altramuz amarillo o Chocho amarillo, Lupinus luteus, Fabaceae

Lupin ou Alatramuz © Pascale Pengam
Comme son cousin polyphyllus, ce grand lupin jaune est une espèce invasive – pour le plaisir des yeux !

 

Lupin des jardins ou Lupin à folioles nombreuses, Altramuz, Lupinus polyphyllus, Fabaceae

Lupin ou Altramuz © Pascale Pengam
Ses grandes hampes bleu intense ou rose colonisent au printemps les bords de la Carretera austral et grimpent à l’assaut des pentes environnantes.

 

Vesce de Poméranie, Arveja Silvestre, Vicia cracca, Fabaceae

Vesce de Poméranie © Pascale Pengam
Son nom vient du latin vincire, attacher, à cause des vrilles que portent les folioles. Plante côtière de 30 à 80 cm, à souche rampante, que les fourmis adorent visiter. À maturité, elle produit de petites gousses noires.

 

Herbe de Salitre, Hierba del Salitre, Frankenia chilensis, Frankeniaceae

Frankenia chilensis © Pascale Pengam
On peut voir le long de la côte ces épais tapis de fleurs blanc rosé à cinq pétales et aux longues étamines, dont les boutons sont tous dressés vers le ciel.

 

Géranium de Magellan, Geranium magellanicum, Geraniaceae

Géranium de Magellan © Pascale Pengam
Le genre Géranium compte près de 420 espèces. Il est possible de rencontrer le géranium de Magellan, comme son nom l’indique, dans la région de Magallanes dont il est originaire. Vivace, cette plante à fleurs prend la forme de petits coussins fleuris du printemps à l’automne. Ses petites fleurs violines sont marquées par des nervures rougeâtres et sont jaunes en leurs centres.

 

Rhubarbe géante, Nalca o Pangue, Gunnera tinctoria, Gunneraceae

Nalca © Pascale Pengam
La plante, ornementale, ressemble un peu à la rhubarbe. Ses feuilles, qui peuvent atteindre 2,5 mètres d’envergure, entourent un long bouton floral qui rougit à maturité. Ses tiges entrent dans la composition d’un plat typique de l’île de Chiloé, les milcaos, sortes de petites galettes de pommes de terre. On trouve une grande concentration de nalcas dans le parc national Chiloé et dans certains autres parcs de la région des Lacs et de la route australe.

 

La campanita, Olsynium biflorum, Iridaceae

Iris © Pascale Pengam
Vivace. On peut rencontrer ce petit iris veiné de pourpre sur les pentes exposées au sud, jusqu’à 3200 m d’altitude.

 

Trigridia œil de paon, Flor de tigre, Tigridia pavonia, Iridaceae

Tigridia
Chaque fleur de ce très bel iris s’ouvre au lever du soleil et meurt au crépuscule, mais il produit des fleurs pendant de nombreuses semaines. Son aire de répartition s’étend du Mexique au Chili.

 

Ortiga, Caiophora chuquitensis, Loasaceae

Caiophora chuquitensis © Pascale Pengam
On ne rencontre cette superbe plante que dans le nord du Chili, entre 3000 et 5000 mètres d’altitude. Les feuilles sont urticantes – certaines espèces soigneraient les rhumatismes -, quant aux fleurs, elles aussi urticantes, elles sont timides et baissent toutes la tête. Si on veut en découvrir le cœur, magnifique, il faut leur lever le menton (par exemple comme ici à l’aide d’un petit morceau de bois).

 

Ortiga, Loasa nitida, Loasaceae

Loasa nitida © Pascale Pengam
Plante côtière, ligneuse, aux tiges molles couvertes de poils urticants et aux superbes fleurs jaunes et pourpre.

 

Couronne de reine, Corona de reina,Loasa bergii, Loasaceae

Couronne de reine
Cette très belle fleur à cinq pétales jaunes échevelés pousse en Patagonie. Longues tiges nues et boutons couverts de petits poils.

 

Cristaria, Malvaceae

Cristaria © Pascale Pengam
Ces délicates fleurs blanches appartiennent à un genre végétal contenant une trentaine d’espèces originaires d’Amérique du Sud. Ornées en leur centre d’une étoile à cinq branches d’un vert soutenu et d’étamines jaune et pourpre, elles alimentent les larves de papillons. On rencontre cette plante d’une quarantaine de centimètres de hauteur le long de la côte centrale chilienne. L’espèce appelée Malvilla, Cristaria calderana, est également très abondante lors de la période du désert fleurit à Atacama.

 

Dengue, Mirabilis elegans, Nyctaginaceae

Mirabilis Elegans © Ercio Mettifogo
Plante d’une soixantaine de centimètres de hauteur, de la famille des bougainvillées. Les fleurs, en forme de clochette, ont cinq pétales rose foncé.

 

Rodalan, Oenothera acaulis, Onagraceae

Œnothera acaulis © Pascale Pengam
La tige, longue, émerge d’une rosette de feuilles au niveau du sol. La fleur peut s’ouvrir en un instant à la tombée du jour. Propriétés médicinales (huile riche en oméga-3). Au Chili elle est aussi appelée la Don Diego de la noche ou la Colsilla ou encore la Hierba de la apostema (herbe de l’apothème).

 

Don Diego de la noche, Oenothera coquimbensis, Onagraceae

Don Diego de la noche © Ercio Mettifogo
Le genre compte près de 125 espèces, de 10 cm de hauteur pour la plus petite, à 3 m pour la plus grande. Des tiges rouges, quatre fragiles pétales jaunes qui se froissent en se fanant, et un stigmate en forme de croix planté en plein cœur.

 

Onagre, Oenothera magellanica, Onagraceae

Onagre © Pascale Pengam
Plante aux tiges rougeâtres et aux fleurs d’un jaune soufré, qui peut atteindre 1 m de hauteur. On ne la trouve plus au-delà de 700 m d’altitude.

 

Orchidée jaune, Orquídea amarilla, Gavilea lutea, Orchidaceae

Orquídea amarilla © Pascale Pengam
Orchidée jaune dont la hampe florale peut atteindre une trentaine de centimètres. On la rencontre surtout dans les forêts humides du sud du pays.

 

Palomita o Azahar, Codonorchis lessonii, Orchidaceae

Palomita © Pascale Pengam
Délicate petite orchidée blanche des sous-bois, qui ressemble à une minuscule éolienne, aux feuilles généralement regroupées par trois.

 

Oxalis de Bowie, Oxalis laciniata, Oxalidaceae

Oxalis © Pascale Pengam
Petite plante vivace, basse, le plus souvent rampante, qui a la réputation d’être légèrement toxique. Les fleurs, particulièrement jolies, abordent de belles teintes mauves et violettes, souvent sillonnées d’un violet plus soutenu.

 

Cardo blanco o santo, Argemone hunnemannii, Papaveraceae

Cardo santo © Ercio Mettifogo
Lorsqu’on a croisé une fois cette plante magnifique, on ne l’oublie jamais. Les hautes tiges aux feuilles fortement découpées et épineuses supportent à la fois des boutons duveteux qui penchent la tête vers le sol et de grandes fleurs blanches de près de 10 cm de diamètre, composées de six pétales délicats et froissés, et d’un superbe cœur : longues étamines jaune d’or disposées en rayon autour d’un pistil vert amande chapeauté d’un stigmate pourpre.

 

Pavot de Californie, Eschscholzia californica, Papaveraceae

Pavot de Californie © Pascale Pengam
On trouve cette plante aux délicats pétales orange vif, de 20 à 50 cm de hauteur, dans la zone côtière du Chili, et notamment autour de Valparaíso où, comme le chrysanthème et la capucine, elle colonise les cerros. Propriétés médicinales, hypnotique et anxiolytique.

 

Patte de Guanaco, Pata de Guanaco, Calandrinia ou Cistanthe logiscapa, Portulacaceae

Pata de guanaco © Ercio Mettifogo
Originaire du Chili, de l’Équateur, d’Argentine et de l’ouest de l’Amérique du Nord, cette jolie fleur annuelle est l’une des favorites du désert fleurit d’Atacama. Au début du printemps, elle tapisse le désert de sa belle couleur violine. Annuelles, la couleur de ses fleurs varie du rouge au blanc en passant par le pourpre. Sur les côtes du littoral entre Antofagasta et Copiapó, on la retrouve également teinté de jaune (Cistanthelitoralis). Elle habite alors aussi bien les bords de mer, qu’entre les rochers et les vallées intérieures. Ses feuilles épaisses se situent à la base de chaque tige. À l’extrémité de celle-ci, s’épanouie chacune des fleurs dotées de cinq pétales aux intenses couleurs. Les boutons sont reconnaissables par le dessin des veines sombres sur une couleur vert clair.

Voir nos photos

 

Anémone de Magellan, Anemone magellanica, Anemone magellanica, Ranunculaceae

Anémone de Magellan © Pascale Pengam
Vivace. Ses fleurs blanc-crème à jaune-ivoire attirent les oiseaux et les papillons.

 

Framboise de Magellan, Miñe-miñe, Rubus geoides, Rosaceae

Framboise de Magellan ou Miñe-miñe © Pascale Pengam
On peut la trouver du niveau de la mer jusqu’à la limite de végétation, dans les clairières ou les pentes exposées au sud, dans le Centre et en Patagonie. Ses fruits sont comestibles.

 

Rosita del campo o Clavo de olor, Cruckshanksia pumila, Rubiaceae

Rosita del campo
Cette petite plante à fleurs formant un véritable tapis d’or ne dépasse pas les 10 centimètres de hauteur. Son habitat est compris entre les 500 et 2000 mètres d’altitude et elle apprécie particulièrement une exposition en plein soleil. Annuelles, ses petites fleurs étoilées sont d’un jaune doré et elles se composent de chacune cinq pétales.Il est surtout possible de la retrouver dans la région de Coquimbo.

Voir nos photos

 

Chinchimali o Quinchamalí, Quinchamalium chilense, Santalaceae

Quinchamalí
Plante d’une quarantaine de centimètres de hauteur. Les tiges et les feuilles lancéolées vont du vert pâle au marron-roux, et sont surmontées d’inflorescences globuleuses composées d’étoiles à cinq branches jaune d’or ou orangées qui produisent de petites noix. Propriétés médicinales cicatrisantes.

 

Capachito, Calceolaria biflora, Scrophulariaceae

Calcéolaire ou Capachito © Pascale Pengam
Endémique des Andes, elle pousse en touffes, dans les clairières. Ses taches rouge sombre sont un clin d’œil aux insectes pollinisateurs.

 

Zapatito de la Virgen, Calceolaria uniflora, Scrophulariaceae

Zapato de virgen
Comme la fleur du Capachito, celle du Zapatito surplombe une rosette de feuilles à la base de la tige. En forme de petit sac jaune orangé, elle attire insectes et colibris avec une pluie d’étoiles cuivrées et une frise blanche et parfumée. On la rencontre entre autres dans le parc national Torres del Paine.

 

Flor de viuda o Celestina, Zephira elegans, Tecophilaeaceae

Celestina © Ercio Mettifogo
Un bouquet d’étoiles d’un blanc pur, à six pétales bordés de bleu ciel, surmonte une tige aux feuilles linéaires. Les plantes forment parfois des colonies que l’on peut admirer jusqu’à 500 m d’altitude.

 

Capucine, Capuchina, Tropaeolum majus, Tropaeolaceae

Capucine
La capucine, plante invasive qui colonise au printemps les cerros de Valparaíso en compagnie du chrysanthème et de l’escholtzia (aussi appelé pavot de Californie), est à la fois décorative et comestible : ses fleurs agrémentent les salades et ses graines se font confire dans le vinaigre, en guise de câpres.

 

Verveine de Patagonie, Verbena patagonica, Junellia patagonica, Verbenaceae

Verveine de Patagonie © Pascale Pengam
Les petites fleurs blanches virent au rose foncé après la pollinisation. C’est une plante très nectarifère et convoitée par les papillons.

 

Verbena gynobasis, Verbenaceae

Verbena gynobasis
Cette verveine pousse jusqu’à 3500 m d’altitude, sur les pentes exposées au sud. Elle forme de jolis bouquets de fleurs violettes, dans l’extrême nord du Chili aux environs de Putre et Arica.

 

Violette jaune ou Viola amarilla, Viola reichei, Violaceae

Violette jaune ou Viola amarilla © Pascale Pengam
Cette violette d’un beau jaune éclatant aime l’humidité et les lieux ombragés, entre 700 et 3000 m d’altitude.

 

Chichiquin o Azulillo, Pasithea coerulea, Xanthorrhoeaceae

Azulillo
Une rosette de feuilles lancéolées, une longue tige frêle surmontée de bouquets d’étoiles bleues à six branches, dont chacune est finement striée de trois traits d’un bleu plus profond. Haute d’une soixantaine de centimètres, cette plante côtière pousse jusqu’à 300 mètres d’altitude sur les pentes orientées au nord.

 

Mata negra Chiliotrichum diffusum, Asteraceae

Mata negra
On trouve ses massifs buissonnants, qui peuvent atteindre 1 m en hauteur et en largeur, en lisière des bois de nothofagus, par exemple dans le parc national Torres del Paine. Propriétés médicinales, notamment en ophtalmologie.

 

Mutisia, Clavel del Campo Mutisia Decurrens, Asteraceae

Clavel de campo
Plante à la superbe floraison orange vif qui grimpe jusqu’à 3 m de hauteur, à l’abri des vents, dans les bois de Patagonie.

 

Tritome à longues grappes, Tritoma, Kniphofiauvaria, Liliaceae

Tritome à longues grappes
Connue également sous le nom de « plante feux d’artifices » ou encore « tison de Satan », cette plante est originaire d’Afrique du Sud. Son feuillage long et persistant forme une touffe élégante d’environ 1,50 mètre de hauteur pour 60 cm de diamètre. Sa croissance est très rapide. On la reconnait grâce à ses spectaculaires fleurs aux teintes vives et dégradésallant du rouge au jaune en passant par l’orange. Celles-ci s’organisent en grappes denses au sommet des tiges. En forme d’épis, chacune des fleurs s’ouvre de bas en haut. Cette plante apprécie une exposition en plein soleil et à l’abri des vents, et elle s’adapte parfaitement sur des sols sableux ou calcaires. On la retrouve essentiellement dans les prairies ainsi que le long des cours d’eau.

 

Paramela, Adesmia miraflorensis, Fabaceae

Paramela, adesmia miraflorensis
Pouvant atteindre jusqu’à 60 cm de hauteur, cette jolie plante à fleurs native du Chili est dès sa base très ramifiée. Ses feuilles sont d’un vert doux et ses fleurs jaunes sont rayées de quelques petites lignes brunes-rougeâtres. Elle habite les régions sud du Chili et on la retrouve essentiellement entre la région du Maule et la région des Fleuves. Présente dans la Cordillère des Andes, il est possible qu’elle pousse au-dessus de 1400 mètres d’altitude, comme à titre d’exemple à la réserve nationale de Ñuble. Parfumée, sa fleur est également utilisée à des fins médicinales pour soigner entre autres les douleurs d’estomac.

PLUS D'INFO SUR LE CHILI

EXEMPLES DE CIRCUITS

CRÉEZ VOTRE VOYAGE SUR MESURE

1) Remplissez notre formulaire et l'un de nos conseillers voyages prendra contact avec vous.

2) Grâce à notre connaissance du terrain nous vous proposons des circuits personnalisés et hors des chemins traditionnels.

3) Nous vous accueillons dès votre arrivée sur place.

4) Vous bénéficiez d'un suivi et d'une assistance 7j/7 et 24h/24 durant votre séjour.

error: Contenu est protégé.